Luminaire. L’Esthétique d’une chute.

Description

Dans le cadre du projet l’esthétique d’une chute, j’ai travaillé avec l’atelier Alain Ellouz qui produit environ 250 m2 de chute par an. Cette matière gratuite et abondante, m’a permis de me questionner sur l’esthétique générée par la contrainte d’une matière première souvent brisée ou ébréchée et dont les dimensions disponibles après coupe sont surtout linéaire. Pour ce faire j’ai décidé d’utiliser l’albâtre dans une suspension lumineuse et de mettre valeur la cassure pour son coté plastique et mécanique.

La suspension est une plaque d’albâtre découpé à 45°, assemblé en coupe d’onglet puis résinée. Pour finir la forme, deux extrémités sont moulées à même la cassure ce qui garantie une bonne tenue puisque les matières s’imbriques dans les irrégularités. Ces deux parties moulées en une fois puis rainurées reçoivent le dispositif de suspension. Des leds posées sur un grille perforée terminent le lustre.  L’alimentation du luminaire se fait via les câbles de suspension métallique gainés plastique.

Crédit photo Mario Simon
Dessin Ambroise Jugan